Le site officiel
Blogging

› Voir tous les billets du blog

Les réflexions d'un élu engagé au service de sa ville et de son territoire

Carnet de voyage. Mexique : le pays de la Grande Rencontre

Publication : 06/02/2018  |  08:26  |  Auteur : Webmaster

Je viens de passer 10 jours au Mexique avec mes collègues Maires (une quarantaine d’élus du Lot-et-Garonne, un groupe de 70 avec nos compagnons et compagnes).  Notre association départementale des Maires organise ainsi un voyage tous les ans ou tous les deux ans selon les contraintes des calendriers politiques et administratifs.

Soyons clairs. Nous le faisons d’abord pour passer, entre amis, un bon moment de vacances. Mais ce voyage a aussi  une ambition de culture générale (« la meilleure école de gouvernement » selon le Général de Gaulle). Il nous permet aussi de nous retrouver, d’avoir «du temps de fond de bus», de nous connaître, bref d’avoir du temps entre nous. Pour cet ensemble de raisons, je suis un fervent partisan de ces voyages.

Nous payons l’essentiel de notre voyage de notre poche. L’association finance, par une modeste  subvention, une petite partie de chaque voyage d’élus, notamment pour permettre aux moins fortunés d’entre nous d’y accéder. Tout cela, légal bien sûr, déclenche, à chaque voyage, vu l’air du temps « anti-élus », une petite polémique devenue rituelle.



Comme dit la chanson, je ne m’en soucie guère.

@@@@@@

Cette année,  nous avons mis le cap sur le Mexique.



Quand le bureau de notre association a pris la décision de cette décision, je ne me rappelle pas avoir bondi de joie.



Comme pour beaucoup de Français, et malgré Eloy, cousin par alliance mexicain très sympathique, je n’avais pas une bonne image du Mexique : une image d’insécurité et de corruption, mais aussi une image de « pays, éternel émergent »... qui, au final, n’émerge pas.



Mais la majorité de mes collègues avait été sensible aux irrésistibles atouts touristiques du Mexique...



Ils avaient raison.



Le Mexique peut être beau à couper le souffle et ce n’est pas pour rien que l’industrie hôtelière mondiale (et avec 110 000 chambres d’hôtel à Cancun, on peut vraiment parler d’industrie) s’est enracinée à Cancun sur les rivages de la Mer des Caraïbes ou à Acalpuco, son pendant sur la côte Pacifique...



Mais ce voyage m’a aussi permis de corriger l’image à priori que j’avais du Mexique et, ce faisant, de remplir l’objectif de culture générale que nous lui avions assigné.



Non, le Mexique n’est pas un petit pays.

Au contraire, c’est un pays de superlatifs : 4 fois grand comme la France, le Mexique a 3 200 km de frontière avec les USA (bon courage à Trump pour son mur de la honte !) et a 3 700 km de littoral avec une double façade atlantique et pacifique.

C’est un pays très urbain avec trois métropoles de plus de 10 millions d’habitants (México, Guadalajara et Monterrey), avec une population jeune (50% de la population à moins de 24 ans...) de 130 millions d’habitants (deux fois la France..!).

Ce pays est aussi une vraie corne en abondance : il bénéficie de la rente du pétrole du Golfe de Mexique dont les recettes assurent 8% du budget national.

Mais il est aussi remarquablement placé pour la transition énergétique (une seule centrale nucléaire) et de formidables atouts solaire et éolien (avec déjà deux  parcs de 300 MW installés). L’entreprise agenaise FONROCHE ne s’y trompe pas, en ayant déjà une présence mexicaine.



C’est un pays très industrialisé avec un secteur industriel pesant 36, 6 % de son PIB,  beaucoup plus qu’en France, plus secouée par la désindustrialisation (l’industrie en France, c’est seulement 17,6% de notre PIB).

Tous les constructeurs automobiles y sont présents,... sauf les Français. L’aéronautique y a aussi une place de choix.

Quand je vous aurais dit que les services financiers et le tourisme y sont florissants (35 millions de visiteurs par an)... Alors vous aurez compris qu’effectivement le Mexique a déjà émergé. Il est déjà la 13ème puissance économique mondiale avec la moitié du PIB Français et devrait être, avec un taux de croissance annuel actuel de 2,4%, la 7ème en 2050.... devant la France  !



Mais, me direz-vous, quid de la violence au Mexique ?

Nous avons en tête des images très fortes et très tenaces (le massacre des étudiants mexicains de Mai 1968, la guerre entre et contre les narcotrafiquants...). Ces images traduisent une vérité. Les régions du Nord et de l’Ouest du Mexique sont effectivement dangereuses.



Mais la carte de l’insécurité épargne Mexico et le Yucatan, principaux lieux touristiques du pays. Ce n’est pas un hasard. L’Etat Mexicain protège ses pôles économiques et touristiques (18 000 caméras à Mexico, intervention en moins de 30 secondes, chute de la délinquance de 90% ces dernières années, salaire de policier multiplié par 10).... Nous pouvons effectivement témoigner à la fois de la sécurité du Centre Ville de Mexico et de l’impressionnante présence policière qui y est déployée

@@@@@@@

Voilà pour la culture générale socio-économique.... Mais si l’essentiel était ailleurs.....



Si l’essentiel s’était joué lors de la Grande Rencontre, en 1519, lorsque brutalement l’Ancien Monde et le le Nouveau monde se sont rencontrés dans le face à face vertigineux  de Hernan Cortés et ses 300 Espagnols, d’une part  et de l’empereur Aztèque Moctezuma Il, d’autre part, à la tête d’une brillante civilisation, dont nous avons pu admirer les vestiges à Téotihuacan.



C’est cette rencontre, beaucoup plus que celle de 1492 entre Christophe Colomb et les Îles des Caraïbes, qui a fondé l’Amérique d’abord Espagnole puis Latine.



J’ai trouvé, avec grande surprise, le Mexique plus indien, moins espagnol, moins même métissé que ce à quoi je m’attendais. Et finalement, n’est ce pas normal ? Qu’est ce que les 300 ans de colonisation espagnole (1519-1821) dans l’histoire bimillénaire du Mexique ?

Là-bas au Mexique, le choc des civilisations a été d’une violence, d’une brutalité extrême. Mais il a aussi été d’une étonnante fécondité. Ce grand pays assume maintenant avec fierté ses racines indiennes, entre autres aztèques et mayas, mais il a conservé  la langue espagnole comme langue officielle et surtout en a adopté la religion catholique qu’il pratique avec une ferveur impressionnante comme nous avons pu nous-mêmes nous en rendre compte en visitant le site de Santa Maria de Guadalupe.

Sans vouloir me laisser aller à  faire de la science-fiction de café de commerce, je ne pouvais pas m’empêcher de rêver  au prochain de ces faces à faces décisifs, peut-être entre nous terriens, et le Nouveau Monde venant d’ailleurs du plus profond de l’immense univers qu’est le nôtre.

Mais, je me laisse aller à la science fiction de café de Commerce. De Gaulle, en 1964, avait eu une autre intuition, autrement plus pragmatique,  avec son fameux « El pueblo Frances y el pueblo Mexicano, la Mano en la Mano…. ».

L’intuition de deux grands peuples libres qui ont tant à faire ensemble…                                                                                                                        

Tags
Les réactions

Réussir en quelques lignes a décrire un aussi grand pays, Bravo bel exercice de style.

Mais surtout, rétablir la vérité sur un pays qui mérite d'etre connu, meme si la bataille de Camerone a laissé un mauvais souvenir a nos légionnaires.

Merci )our ces commentaires, très instructifs et agréab les à lire

Pouvez vous m'accorder une subvention pour prendre quelques jours de vacances cet été ?????

Un grand merci à vous pour cette lecture qui m'a véritablement fait voyager sur le plan touristique et historique.

La photo est TOP !!

Amitiés

Brigitte FAUCHE

Réagir à cet article

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <blockquote> <ul> <ol> <li> <p> <br>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.