Le site officiel
Blogging

› Voir tous les billets du blog

Les réflexions d'un élu engagé au service de sa ville et de son territoire

Territoires : leçons paysannes

Publication : 12/02/2018  |  11:40  |  Auteur : Webmaster

Invité en tant que conseiller régional par la Coordination rurale 47 à son Assemblée  générale – c’était à Lauzin, une assemblée de la CR, cela se mérite - , j’ai décidé de m’y rendre un peu pour sentir l’humeur de nos agriculteurs.

La salle des fêtes était pleine. Combien étaient-ils 500, 600 ? Je ne sais pas. Mais les participants, pour certains d’entre eux, venaient de loin et étaient très jeunes. L’ambiance était joyeuse, sans doute électrisée par le conflit - gagné par nos agriculteurs - de la modification des zones défavorisées donnant droit à indemnité compensatrice.

L’ambiance était aussi très fraternelle et au fond de moi-même je vivais cette soirée comme un cousin germain de cette famille agricole Lot-et-garonnaise. Fils d’un arboriculteur passionné et innovant, l’agriculture, ses joies, ses angoisses, ont fait partie de ma culture familiale  et de mon enfance. Plus j’avance en âge, plus je mesure à quel point je suis construit intérieurement par ce logiciel « agricole ». Un exemple : ma relation à notre Fleuve, Garonne….je n’ai jamais pu voir Garonne que comme une mère vitale et nourricière et j’avoue être au mieux insensible, mais plus certainement en colère par la dramatisation excessive du risque lié aux inondations de notre Fleuve.

J’ai écouté ensuite avec soin les discours des oratrices et des orateurs de la CR47. Ceux de ses leaders historiques, ceux de ses jeunes. Ceux qui font du bio, ceux qui n’en font pas. Ceux des céréaliers, ceux des éleveurs… L’ensemble conceptuel était tonique et cohérent. J’ai avec cet ensemble une vraie divergence : la Construction européenne... et pour tout le reste, des convictions communes profondément  partagées.

Si j’avais deux mots pour résumer l’aspiration qui rassemble la famille paysanne içi et maintenant, en Lot-et-Garonne, en 2018, c’est ceux d’Autonomie et de Liberté. Nos agriculteurs sont lucides. Ils savent très bien qu’avant de peser sur les cours mondiaux du blé, du maïs, du bœuf ou du porc, il y aura beaucoup d’eau qui coulera sous les ponts de Garonne. Même histoire pour les systèmes fondateurs de la Politique Agricole commune…

Mais comme l’a très bien expliqué dans ce propos, Jean-Michel Ruchaud, « grognard » historique des premières heures déterminantes de l’aventure de la Coordination rurale, cela ne doit pas être la même histoire pour ce qui concerne directement et spécifiquement le Lot-et-Garonne.

« Mme le Préfet, nous allons faire le lac de Caussade, (projet de lac d’irrigation collectif sur un affluent du Tolza, affluent du Lot soit 19,2 hectares d’emprise pour une capacité d’eau stockée de 860 000 m³, projet plein de bon sens) que vous le vouliez ou non ». Serge Bousquet-Cassagne, en appuyant sur l’enjeu des lacs collinaires, savait qu’il embarquait, avec lui, toute la salle de Lauzin. Nos agriculteurs n’en peuvent plus des interprétations excessives des réglementations nationales et européennes faites par une minorité de fonctionnaires militants.

La ligne de défense de cette minorité de fonctionnaires qui porte une très lourde responsabilité dans les blocages de notre pays est simple : ce n’est pas nous qui avons fait les lois. Adressez vous aux vrais responsables, les parlementaires, la Commission européenne… Circulez, il n’y a rien à voir.

Justement, il faut voir... Cette ligne de défense mérite qu’on s’y arrête pour lui porter honnêtement controverse.

Oui, il y a des choses à changer dans les lois françaises et dans les directives Européennes. Pour ne prendre qu’un exemple, l’ensemble des lois – Grenelle et autres –qui confient la gestion des risques naturels à l’Etat et la gestion de l’urbanisme aux collectivités locales est une machine infernale à fabriquer des contentieux et à dresser les territoires contre l’Etat. Il y a donc urgence à légiférer pour corriger cette machine infernale.

Mais, ce n’est pas la loi nationale ou européenne qui va trancher le sort du lac de Caussade. C’est bien l’interprétation qu’en feront les services locaux de l’Etat.

En écoutant les leaders de la CR, je ne pouvais pas ne pas faire le rapprochement avec un autre contentieux symbolique que l’Agglomération d’Agen a avec l’Etat. Les services locaux de l’Etat, à cause de leur instruction hautement contestable faite de ce dossier, n’hésitent pas à bloquer le projet d’une école neuve dans le quartier prioritaire de la politique de la Ville de Montanou. (lire http://jeandionis.com/blog/ecole-paul-langevin-retrouver-bon-sens-vite) .

Pour le lac de Caussade, les agriculteurs ont décidé de ne pas subir le diktat d’une instruction militante des services locaux de l’Etat. A Montanou, le Conseil Municipal d’Agen a pris la même décision. Les responsables de ces instructions militantes dans ces services sont prévenus.

Pour finir, élargissons un peu ce débat. Partout dans le monde, les territoires locaux réclament plus de liberté, d’autonomie.

C’est le cri des Corses, des Catalans, des Lombards, des Ecossais… .Nos Etats-nations, s’ils veulent survivre, - et je suis de ceux qui croient en l’Etat – devront se recentrer sur les compétences régaliennes (Défense, justice, sécurité, solidarité…) et laisser les territoires respirer et administrer leurs spécificités territoriales.

Que diable se perd l’Etat – et son autorité - à gérer le Caussade ou la Masse ? on croit rêver.

En attendant la grande révolution territoriale qui viendra forcément, les paysans de Lot-et-Garonne ne laisseront pas faire n’importe quoi, chez eux en Lot-et-Garonne.

Ils ont raison.

Vendredi soir, nous avons entendu leur leçon.

 

Crédit photo : Sud-Ouest

Réagir à cet article

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <blockquote> <ul> <ol> <li> <p> <br>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.