Le site officiel
Blogging

› Voir tous les billets du blog

Les réflexions d'un élu engagé au service de sa ville et de son territoire

Notre Dame des Landes : enfin, une décision… et des craintes

Publication : 22/01/2018  |  08:57  |  Auteur : Webmaster

Le 17 janvier 2018, à l'issue du conseil des ministres, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé que le projet d'aéroport du Grand Ouest est abandonné. Il laisse jusqu’au printemps aux zadistes pour évacuer la zone. Dans le cas contraire, il pourrait ordonner aux forces de l’ordre de l’évacuer par la force.

En contrepartie, le gouvernement envisage la modernisation de l'aéroport Nantes Atlantique, ainsi que le développement de celui de Rennes.

****

Ainsi donc se termine une des plus longues et violentes polémiques qu’ait connues notre pays depuis les années 1960.

Si l’on en croit les sondages, les français approuveraient massivement la décision gouvernementale (à plus de 70%). Et  ceci pour deux raisons bien différentes :

  • D’abord parce que l’opinion publique française est globalement devenue hostile aux grands projets d’infrastructure et notamment à la création d’aéroports.
  • Enfin, parce que nos concitoyens ne supportaient plus le spectacle d’un Etat faible, incapable de décider et de faire respecter sa décision.

Et nos concitoyens ont raison. Rendons acte et crédit au gouvernement actuel d’avoir eu le courage de décider et ne minimisons pas la difficulté à prendre une telle décision. Si c’était si facile, pourquoi, alors, tous les gouvernements depuis la relance du projet en 2000, et plus spécialement le gouvernement Hollande depuis 2012, s’étaient échappés devant l’obstacle ?

Donc, bravo pour la décision.

Reste à savoir si c’était la bonne… et cela nous ne le saurons pas tout de suite.

La décision sera effectivement la bonne si elle ne se résume pas à l’abandon du projet Notre Dame des Landes.

En clair, si la ZAD de Notre Dame des Landes est bien évacuée en Mars-Avril et si la modernisation de l'aéroport Nantes Atlantique, ainsi que le développement de celui de Rennes est bien mis en œuvre….

Et il faut bien l’avouer. J’ai des craintes.

Même si la décision du gouvernement semble raisonnable, il faut bien reconnaître que son prix à payer symbolique est terriblement élevé.

Il est en effet difficile de ne pas y voir une victoire des actions violentes et illégales des zadistes sur la justice  et l’Etat de droit (plus de 160 décisions de justice en faveur de l’aéroport) et sur la démocratie (comment oublier que l’ensemble du département de Loire-Atlantique a voté à plus de 55% pour l’aéroport).

C’est d’ailleurs la lecture publique qu’en fait Jean-Luc Mélenchon qui vient de proclamer : « C’est une grande victoire ! Elle consacre le triomphe de la raison écologiste sur les délires productivistes. Ce projet se résumait à un saccage de terres arables et de lieux écologiquement fragiles, le tout sans finalité économique pertinente. Le Premier ministre devrait lui aussi remercier les Zadistes »

Il ya là clairement un risque de précédent majeur encourageant de telles actions violentes et illégales contre de nombreux projets d’intérêt général. Quelle sera la prochaine cible des zadistes : le site d’enfouissement des déchets nucléaires  de Bure ? la ligne LGV Lyon-Turin ? ...

Le gouvernement doit prendre la mesure du défi que le mode d’action Zadiste lance à l’Etat. Et en face d’un tel défi, l’Etat se doit d’être fort.

Il sera d’abord jugé sur sa capacité à expulser les zadistes fin Mars. Cela devrait ne pas être insurmontable. Le soutien populaire aux zadistes – surtout après avoir enterré l’aéroport – sera nul. Nos concitoyens veulent certes un Etat de droit, mais aussi un Etat fort. Toute faiblesse pour évacuer la Zad après la période hivernale, serait donc un signal ravageur pour le développement de notre pays.

Restera ensuite le plus dur.

Développer les aéroports de Nantes-Atlantique et de Rennes. Car si je suis bien incapable de dire qu’elle était la meilleure solution entre Notre dame des Landes et Nantes-Atlantique, je suis absolument convaincu de la poursuite de la croissance du trafic aérien et de l’intérêt de plateformes aéroportuaires régionales desserrant  les contraintes de croissance folles pesant dans le cas contraire sur Orly et Roissy.

Le gouvernement est à mon avis bien optimiste – et pour dire le fond de ma pensée, imprudent - en affirmant que les travaux sur Nantes-Atlantique pourraient  commencer avant la fin de ce mandat (2022).  Il est bien plus probable que ce projet soit aussi âpre, sujet à contentieux violents. Car, les réflexes NIMBY (not in my backyard – Pas dans ma cour) sont devenus très forts dans notre société et pour contrer ces intérêts particuliers, il faut un… Etat fort.

L’Ouest de la France mérite une plateforme aéroportuaire internationale. Le gouvernement a choisi Nantes-Atlantique plutôt que Notre Dame des Landes. Fort bien. Et bien maintenant, qu’il modernise et  agrandisse Nantes-Atlantique. Renoncement interdit.

Mélenchon a raison sur un point. Ces conflits seront parmi les plus durs de nos sociétés modernes. Ils opposeront les tenants d’une écologie de l’immobilité ou de la décroissance à L’Etat, porteur de projets de croissance raisonnable et à haute qualité environnementale.

*******

Merci donc pour avoir eu le courage de décider. Rendez-vous d’abord fin Mars pour l’évacuation de la ZAD, que nous doit l’Etat. Rendez-vous enfin en 2022 pour voir si l’Ouest a l’aéroport qu’il mérite… en espérant vaines nos craintes d’aujourd’hui.

Réagir à cet article

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <blockquote> <ul> <ol> <li> <p> <br>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.