Le site officiel
Blogging

› Voir tous les billets du blog

Les réflexions d'un élu engagé au service de sa ville et de son territoire

Réforme de la SNCF (2) : les Horaces et les Curiaces

Publication : 05/03/2018  |  15:34  |  Auteur : Webmaster

Tout le monde connait le récit antique des Horaces et des Curiaces.

A tout hasard, petit rappel :  «  Les trois Horaces et les trois Curiaces sont des héros qui se seraient battus en duel pendant la guerre entre Rome et Albe. Les deux villes décidèrent d'un commun accord de régler leur conflit en désignant trois champions de chaque côté. Les Horaces étaient les champions de Rome et les Curiaces ceux d'Albe. Les Albains furent tous les trois blessés rapidement et deux des Romains tués. L'Horace prit la fuite, poursuivi par les Curiaces blessés. Mais ceux-ci ne le rattrapèrent pas en même temps, ce qui permit à l'Horace survivant de les tuer l'un après l'autre… »

La manière – habile - dont le gouvernement met en mouvement la réforme de la SNCF me fait immanquablement penser aux Horaces et aux Curiaces.

En s’attaquant à la réforme de la SNCF, le gouvernement est à priori bien seul – avec pour seul allié l’opinion publique dont on connait la versatilité- contre une redoutable coalition constituée par les cheminots et leurs syndicats, les usagers de la SNCF et les élus locaux des territoires menacés par la fermeture des fameuses « petites lignes »… (lire ma première chronique sur ce sujet http://jeandionis.com/blog/rapport-spinetta-sncf-vigilance-france-peripherique )

Dans l’annonce faite lundi dernier par le Premier Ministre, Edouard Philippe, une stratégie de conduite de la réforme de la SNCF se dessine. Edouard Philippe, tel Publius Horatius, a clairement pour objectif d’affronter d’abord les cheminots et leurs syndicats et de ne surtout pas agresser, dans un premier temps, les élus locaux et les usagers de la SNCF sur le débat hyper-sensible des « fameuses petites lignes ».

Sa prise de distance par rapport au rapport Spinetta est  incontestablement habile. Quel élu local, quel usager peut rester insensible lorsque le premier ministre déclare, la main sur le cœur : «  Je ne suivrai pas le rapport Spinetta sur ce point », a indiqué ce lundi Edouard Philippe. « On ne décide pas la fermeture de 9.000 km de lignes depuis Paris sur des critères administratifs et comptables. Dans bien des territoires, le rail est au coeur de la stratégie des régions pour le développement des mobilités »….

Fort bien, il y aura donc une première mi-temps pour cette réforme de la SNCF. Elle sera centrée sur la mise en extinction du statut du cheminot, la modification de la SNCF en Société Nationale à capitaux publics, l’ouverture à la concurrence notamment pour ne plus être dépendant  des coûts d’exploitation et d’ingénierie très élevés du groupe national.

Le gouvernement se donne les moyens de mener cette première mi-temps tambour battant, notamment avec le recours aux ordonnances…

Il est même probable que le gouvernement, fort du soutien de l’opinion publique, sorte victorieux de son face à face avec les cheminots et leurs syndicats.

Fort bien, une nouvelle fois …

Mais, il y aura une deuxième mi-temps. Pourquoi l’affirmer alors que le Premier Ministre proclame pour l’instant le contraire ?

Tout simplement parce que la SNCF perd 3 milliards d’€ par an et que ce déficit abyssal annuel va s’ajouter mécaniquement à la dette de l’entreprise qui atteint, en cette fin d’année, le chiffre record de 46 Milliards €.

Or, on ne fera pas baisser ce déficit avec la mise en extinction du statut du cheminot, forcément progressive et à impact forcément réduit  pendant les premières années de la réforme.

Et Edouard Philippe, alias Publius Horatius, sera bien obligé d’affronter les élus locaux et les usagers sur ces fameuses « petites lignes » s’il veut redresser financièrement la  SNCF. Et je ne peux pas imaginer que la réforme lancée n’ait pas pour but final le redressement financier de l’établissement public national.

Et si nous, élus locaux et usagers, nous ne voulons pas connaitre le triste sort des frères Curiace, nous devons nous mettre dès maintenant en situation d’anticipation et de vigilance.

Comment ?

D’abord en organisant au niveau de chaque conseil régional, un audit serré de chacune de « ces petites lignes » : Agen-Périgueux, Libourne-Bergerac, etc… qui nous permettre de disposer de données complètes et actualisées : Fréquentation, déficit d’exploitation, travaux….

Ensuite, en envisageant toutes les alternatives possibles à la situation actuelle : modernisation au sein de la SNCF, modernisation après transfert au Conseil Régional concerné, mise en place d’autobus, covoiturage…

Enfin, en ayant le courage de décider, ligne après ligne, chacune ayant sa propre spécificité.

Anticiper et se mettre en position de vigilance immédiatement pour pouvoir peser sur le débat lorsqu’il nous rattrapera immanquablement… Ce fut le sens de mon intervention à la dernière Conférence Territoriale de jeudi dernier à Bordeaux.

Sur la réforme de la SNCF, il nous revient d’écrire un autre dénouement que celui de la légende Antique.

Horace - l’Etat faisant la paix des braves avec Curiace - les collectivités ? chiche ?

Réagir à cet article

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <blockquote> <ul> <ol> <li> <p> <br>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.