Le site officiel
Blogging

› Voir tous les billets du blog

Les réflexions d'un élu engagé au service de sa ville et de son territoire

Nos centres-villes : « grande cause nationale 2018 »

Publication : 13/11/2017  |  15:28  |  Auteur : Webmaster

« Monsieur le Président, avec l’Association d’élus et parlementaires Centre-Ville en Mouvement, qui existe depuis près de 15 ans, et dont j’ai été élu Président récemment, je vous sollicite pour labéliser le centre-ville comme Grande Cause Nationale 2018". Ainsi débute le courrier adressé par Patrick Vignal, député de l'Hérault – et donc Président de l'association Centre-Ville en Mouvement – à l’attention d’Emmanuel Macron.

Patrick Vignal et les 253  collectivités adhérentes – dont Agen s’honore de faire partie – ont raison d'alerter le Président de la République. Car il y a urgence et urgence nationale. Il y a le feu.  Comme le souligne l’Association, « Le taux de vacance commerciale des centres-villes est en constante augmentation, passant ainsi de 6.1% en 2001 à 10,4% en 2015. Les villes de moins de 50 000 habitants sont nettement plus touchées, avec une moyenne de 11,1%. Ainsi en 2015, 55% des villes moyennes avaient un taux de vacance supérieur à 10%, contre seulement 27% des grandes villes ».  

Et de citer les villes en situation critique…. «Béziers, avec 24% de vacance commerciale ; Forbach, Montélimar, Lens, Vichy, Moulins, Lunel, Perpignan, Nevers, Guéret, Vierzon, Orange, Calais… toutes avec une vacance supérieure à 16% ! " 

Enfin, ça bouge…..longtemps, en tant que Maire d’Agen, avec mes collègues de la municipalité, nous nous sommes sentis bien seuls à porter ce combat que nous avons entamé au niveau local dès l’année 2010. Pour cela, nous avons coordonné toutes nos actions en faveur du centre –ville dans un plan d’ensemble que nous avons baptisé du beau nom d’Agen Cœur Battant (voir http://www.agen.fr/acb2).

Pourtant, le diagnostic du mal qui frappe les centres-villes est maintenu établi autour de trois causes principales :

  1. Accessibilité médiocre – notamment en automobile
  2. Concurrence anarchique de la grande distribution en périphérie   
  3. Progression continue du commerce en ligne.

Partant de ce constant, au départ de toute démarche municipale, il y a une seule question qui vaille : Voulons-nous gagner la bataille de nos centres-villes ? Car il s’agit bien d’abord d’une question de volonté politique raisonnable.

J’ai en effet acquis la conviction que cette bataille des centres-villes est gagnable.

D’abord parce qu’il y a un véritable désir de centre-ville et d’abord chez les plus jeunes d’entre nous. Selon l’Association Centre-Ville en Mouvement, « l’attachement des habitants à leur cœur de ville est conséquent : le deuxième baromètre CSA des centres-villes montre ainsi 59% des français (64% des 18-25 ans) sont attachés à leur cœur de ville. Enfin, et c’est très important : 9 sur 10 ont le sentiment que leur modernisation doit être une priorité pour les maires. » A Agen, lors d’un sondage fait l’an dernier par IFOP à l’échelle de notre agglomération de 100 000 habitants, nous avons obtenu des chiffres encore plus convaincants avec 77% des agenais qui ont une bonne image de leur centre-ville.  

Enfin parce qu’Internet et centre-Ville se marient bien! et oui... et c’est la vraie bonne surprise de notre époque. «  Car même si le chiffre d’affaire de vente par internet augmente chaque année de 14%, 73% de grands utilisateurs du commerce en ligne déclarent venir en centre-ville et délaisser la périphérie »

Bref, un vent nouveau se lève, au milieu des difficultés que connaissent nos centres-Villes. « Fortuna audaces Juvat » ….la chance sourit- parait-il aux audacieux.

C’est donc d’abord aux Maires et aux Présidents d’Agglomération d'avoir de l'audace, de se bouger. Aide-toi et le ciel t’aidera...  Comment ?

Il faut revenir aux trois causes identifiées ci-dessus :

Oser un centre-ville piéton et plus généralement un centre-ville « 4 * » ceinturé (pas trop loin, 1ère ceinture impérative) de parcs de stationnement de la dernière génération….

Imposer, au niveau de l’agglomération, que certaines activités emblématiques des centres-villes (prêt à porter, culture,….) lui soient exclusivement réservées.

Faire de votre centre-ville -  avec vos commerçants – un espace d’innovation et d’excellence numérique (wifi gratuit,  bonus numériques - voir l’appli http://bonicity.fr/, stratégie « dernier kilomètre » pour optimiser les livraisons en magasin et à domicile en centre-ville.)

La volonté municipale, indispensable, peut-elle être suffisante ? Non, clairement.

Les nouveaux conseils régionaux, chefs de file de la compétence économique, doivent se saisir de cet enjeu et financer les efforts coûteux de modernisation urbaine.

L’Etat et le parlement devront mettre en chantier une réforme audacieuse du droit de l’urbanisme commerciale. La loi actuelle est une vraie passoire en matière d’autorisation d’ouverture commerciale. La preuve ?  en 2016, le volume des surfaces commerciales autorisées a encore augmenté de 22% (dont 90% ont été installées en périphérie) quand le pouvoir d’achat a augmenté de 1,6% sur la même année.  Les célèbres commissions départementales d’aménagement commercial sont de véritables machines à toujours dire « oui » ……lentement. Plutôt que de répéter des moratoires illusoires, la nouvelle loi devra consacrer le pouvoir du maire de réserver certains types de commerce (prêt à porter, culture….) pour le centre-ville.

Alors, oui, la bataille des centres-villes mérite d’être « grande cause nationale 2018 ».

Pourquoi ? Entendons les mots forts de notre Association :

« Au-delà de simplement réparer nos centres-villes, il s’agit d’inventer la ville du futur. Davantage qu’une problématique de commerçants, nous soutenons un projet de société"

Réagir à cet article

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <blockquote> <ul> <ol> <li> <p> <br>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.