Le site officiel
Blogging

› Voir tous les billets du blog

Les réflexions d'un élu engagé au service de sa ville et de son territoire

Donner sa vie

Publication : 26/03/2018  |  12:13  |  Auteur : Webmaster

L’horreur des attentats islamistes nous a une nouvelle fois rejoints. A Trèbes, dans l’Aude, dans une petite ville de la banlieue de Carcassonne comme il en existe dans la périphérie d’Agen, dans un département qui nous ressemble…

Ai-je été surpris ? Non, dès les attentats contre la rédaction de Charlie, en janvier 2015, j’écrivais une chronique : « Nous sommes Charlie, les jours d’après »…  (http://jeandionis.com/blog/nous-sommes-charlie-jours-apres ) qui contenait ces lignes malheureusement prémonitoires : « Enfin, il est probable que cette guerre dure. Il nous faut donc mentalement nous préparer à combattre dans la durée./… La France, vieux peuple démocratique qui en a vu d’autres, saura se mettre en résistance dans la durée. »

Une nouvelle fois, nous sommes appelés à rentrer en résistance et un geste stupéfiant, rarissime celui du Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame, éclaire le chemin de résistance que nous sommes appelés à prendre.

Arnaud Beltrame, 45 ans, lieutenant-colonel de gendarmerie, qui était avec ses hommes, s'est volontairement substitué à une otage que le terroriste tenait et il est resté avec lui. Il a ainsi permis à la femme otage de s'échapper saine et sauve.

Mais ce n'est pas tout, car l'officier a réussi à laisser son téléphone ouvert et en communication directe avec le GIGN, sur une table à côté du preneur d'otages. Un réflexe courageux, qui a permis aux forces de l'ordre d'entendre lorsque de nouveaux coups de feu sont tirés et ainsi d'intervenir avant que le terroriste n'aille plus loin dans sa folie meurtrière.

Il en est mort. Mort à la place d’inconnus….

Ce geste extraordinaire me bouleverse au plus profond de moi-même. En rassemblant tous mes souvenirs, seul vient en mémoire, le geste du père Maximilien Kolbe, ce franciscain polonais, qui, pour sauver un père de famille pris en otage par les nazis, a librement consenti à une fin tragique dans le bunker de la faim d’Auschwitz. (lire http://www.lavie.fr/actualite/billets/arnaud-beltrame-un-militaire-sur-les-pas-de-saint-maximilien-kolbe-23-03-2018-88939_288.php )

Où et comment Arnaud Beltrame, comme le père Maximilien Kolbe, a-t-il pu trouver la force morale, la force d’amour de faire un tel geste à la limite du raisonnable ?   Nous devons respecter la part de mystère personnel qui entoure une telle décision, qui déclenche un tel courage.

Mais, elle ne peut pas ne pas provoquer chez chacun de nous, comme en résonnance, la question très intime : « Et moi pour qui suis-je prêt à donner ma vie ? »

La tradition chrétienne rappelle les paroles du Christ affirmant la veille de sa Passion : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » (Jean 15, 13). Le Lieutenant-Colonel Beltrame a poussé le courage, le sens de l’honneur et du devoir jusqu’à considérer l'otage du terroriste, juste une inconnue pour lui, comme « une de ses amies ».

Alors oui, Arnaud Beltrame est devenu, vendredi dernier, un héros national.

Il a su trouver en lui la force pour considérer une simple compatriote, inconnue de lui, comme « une amie » pour qui il devait donner sa vie.

Je veux croire que son exemple nous percutera dans nos faiblesses et nos médiocrités et qu’il nous permettra, tout simplement, d’être plus courageux au service de nos compatriotes.

Tags
Réagir à cet article

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <blockquote> <ul> <ol> <li> <p> <br>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.