Le site officiel
Blogging

› Voir tous les billets du blog

Les réflexions d'un élu engagé au service de sa ville et de son territoire

Barrage de Beauregard : les ravages de l'écologie Rousseauiste

Publication : 17/11/2013  |  23:45  |  Auteur : Jean Dionis

Je suis en colère…non pas pour la pression fiscale, ou pour les hésitations d’un Président de la République bien mal inspiré ces temps-ci . Non, je suis en colère plus profondément, contre une idéologie pétrie de certitudes et de suffisance qui, dans chaque débat, oublie les hommes en vrai, en chair et en os… Je l’appelle pour l’identifier « l’écologie rousseauiste ».

Je vais vous raconter l’édifiante histoire du barrage de Beauregard sur Garonne. Commençons par un peu d’histoire :

Le barrage de Beauregard a été édifié en 1856 dans le but d’alimenter le canal latéral à la Garonne au moyen du « canalet » à hauteur du Passage d’Agen à quelques km en amont d’Agen.

Au début des années 60, le canal a été alimenté directement depuis Toulouse. Le canalet désaffecté a été remblayé et le barrage abandonné à son triste sort : celle d’une propriété de l’Etat qui l’a volontairement laissé sans aucun entretien.
La nature faisant son œuvre, le barrage est aujourd’hui dans un triste état : il ne reste que le soubassement, des vestiges de maçonnerie et de ferrailles, le tout étant devenu très dangereux.

Le plan d’eau amont qui faisait la fierté des riverains et des touristes a disparu, ce qui a conduit à la suppression des activités nautiques et halieutiques traditionnelles, la fragilisation des berges, et surtout à des difficultés de prélèvement en eau pour l’agglomération Agenaises qui ont déjà occasionné des travaux d’un coût total de 1,5 M€…..

Depuis longtemps, un vaste mouvement d’opinion publique, riverains, élus de toute sensibilité politique, mais aussi un certain nombre de personnes ou d’associations, émus par la disparition progressive et inéluctable de ce patrimoine ont manifesté leur intérêt pour sa protection.

En 2006 l’association pour la réhabilitation du barrage de Beauregard a vu le jour sous la présidence de Guy St MARTIN , vice président du conseil Général.
Des personnalités comme Michel SERRES, Académicien, issu d’une famille de «dragueurs en Garonne » (eh oui !) lui ont apporté leur soutien.
L'Agglomération d’Agen (AA) que je préside a voté, à l’unanimité, la prise en charge intégrale des travaux de réhabilitation par notre Communauté d’agglomération.

Et bien que croyez-vous que décide le Gouvernement devant une telle situation? Dans son splendide isolement, il commence par sanctuariser le cours de la Garonne dans cette section du fleuve pour annoncer ensuite la démolition du barrage de Beauregard pour 1,2M€ aux seuls frais de l’Etat en 2015!

Résumons-nous :

* En faveur de la réhabilitation du barrage, la sécurisation de l’approvisionnement en eau potable d’une agglomération de 100 000 ha, une protection efficace des berges en « cassant le courant » du fleuve dans cette section sensible à méandres, un aménagement touristique de toute beauté avec un consensus politique complet pour cette solution

*Contre la réhabilitation du barrage….rien si ce n’est la continuité faunistique et floristique du fleuve. En clair, pour l’essentiel, la libre circulation des poissons migrateurs avec le soutien des pécheurs et des fameux écologistes dont je vais parler ci-dessous….

Tout observateur rationnel parierait de lourdes sommes pour le parti du barrage, celui des hommes et ceci d’autant plus que le barrage n’a jamais empêché les migrateurs de remonter Garonne et que les partisans du barrage sont bien sûr d’accord pour y intégrer un dispositif de passe à poisson…
Et bien non!….on va détruire le barrage, le cœur léger. Comment en est-on arrivé à un pareil contre-sens ?

De Directive Européenne en Arrêté ministériel en passant par les lois françaises transposées, nous avons cédé, par l’intermédiaire d’une mécanique législative et réglementaire aveugle et implacable à une idéologie, la fameuse écologie rousseauiste avec laquelle je veux régler mes comptes.

Je le fais librement. Je crois avoir de très fortes convictions écologistes. Je les mets en œuvre dans ma pratique municipale et personnelle (vélo, boulevard piéton, parc de Passeligne, etc…).J’ai dit assez souvent - et notamment à a tribune de l’Assemblée nationale - combien la contribution du mouvement écologiste avait été dans son ensemble positive : déchets, transports, énergie – pour pouvoir en contester certains aspects détestables.

Je trouve éminemment critiquable et détestable une écologie qui prône le retour à un état naturel, supposé état de grâce suivant en cela l’enseignement de Jean-Jacques Rousseau sur le retour à l’Etat Naturel originel. C’est exactement cette idéologie qui est à l’œuvre dans le classement de Garonne comme « grand fleuve sauvage » ou «Natura 2000».

Il y a derrière tout cela d’abord une illusion puérile. Garonne telle que nous la connaissons n’est pas un grand fleuve sauvage, c’est une œuvre humaine dont le lit a été détourné, élargi, creusé, endigué par les hommes. Vous pourrez détruire le barrage de Beauregard que vous ne changerez rien à cette réalité historique.

Mais il y a pire. Cette écologie est détestable car elle est hostile aux hommes. Jean Lassalle, mon ami, m’avait prévenu : Cette écologie, c’est celle qui dans les Pyrénées préfère les loups et les ours aux troupeaux de moutons et à leurs bergers. C’est la même qui à Agen donne une priorité absolue à la migration des poissons par rapport à tout ce qui concerne les hommes (eau potable, érosion des berges, plaisirs nautiques et de la pêche….). Ce sont les mêmes qui, en trente ans, interdiction après interdiction ont fait de Garonne un lieu vide de toute présence humaine : plus un baigneur, plus un bateau, plus un pêcheur…un désert humain alors que j’ai connu la grande plage de Boé noire de monde, des cabanes des pêcheurs, mes amis, tous les vingt mètres sur les berges de Garonne et un club de ski nautique toujours à Boé. Garonne était notre « terrain » de bonheur partagé….Des misanthropes, cachés dans des habits de militants écologistes, sont en train d’en faire un fleuve interdit…interdit d’abord à l’homme.

La messe est-elle encore une fois dite ? et nous résignerons-nous encore une fois à voir notre culture populaire Garonnaise méprisée, foulée au pied ? Pas sûr….

Pas sûr parce que je suis, parce que nous sommes très en colère et que nous allons nous battre – et d’abord devant les tribunaux - pour retourner cette décision que je ne peux que qualifier d’inacceptable pour ne pas employer de mots inutilement blessants.

Pas sûr parce qu’un jour viendra, plus proche qu’on ne le croit où celles et ceux d’entre nous qui veulent une écologie humaine et aimable s’imposeront devant tous les tenants de cette écologie inhumaine et détestable. Ce jour là, les Agenais se réapproprieront Garonne …en la respectant, comme il se doit.

@+

Réagir à cet article

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <blockquote> <ul> <ol> <li> <p> <br>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.