Le site officiel
Actualités

› Voir toutes les actualités

Toute l'actualité de Jean Dionis

Election du MoDem 47

Publication : 13/05/2019  |  14:52  |  Auteur : Jean Dionis

Messieurs les Députés, cher Olivier et cher Michel,

Mesdames et Messieurs les Maires,

Mesdames et Messieurs les adhérents du MODEM 47,

Enfin ! La fédération du MODEM 47 est en état de marche.

Enfin, pour reprendre une expression souvent employée ces derniers mois, nous avons ensemble « sorti la voiture du fossé ».

Il me revient d’abord de remercier toutes celles et tous ceux qui nous ont aidés à atteindre cet objectif d’efficacité et d’autonomie.

Je veux d’abord remercier Marc Mattera, mais surtout Fabien Robert, d’avoir consacré temps et énergie, avec patience, avec gentillesse, pour continuer à faire vivre le MODEM en Lot-et-Garonne lorsque celui-ci était divisé.

Au nom de tous les adhérents du Lot-et-Garonne, Fabien, je veux te dire un merci sincère. Nous avons envers toi une reconnaissance de dette.

Monsieur le Premier Adjoint, tu es à jamais un adhérent d’honneur de notre fédération.

Je veux ensuite remercier Bruno Dubos.

Bruno a présidé le MODEM 47 alors que celui-ci ne bénéficiait pas de la notoriété, des moyens politiques et financiers dont il dispose aujourd’hui dans la majorité présidentielle nationale.

Plus compliqué d’avoir été au MODEM dans les années 2007 à 2017, que maintenant.

Enfin Bruno, je veux te remercier parce que tu as été clairement un des acteurs majeurs de la réunification de notre fédération. Et qui dit réunification, dit forcément compromis, dit forcément l’acceptation d’une partie de la position de ceux à qui on s’est opposés.

Je veux te remercier, ainsi que tes amis, pour cette démarche sans laquelle rien n’aurait été possible.

Et je dis exactement les mêmes mots à Jonathan Biteau, à Bernard Lusset, à Philippe Carrère, à Mohamed Fellah et à tous leurs proches.

Vous aussi vous avez voulu cette réunification du MODEM 47, vous aussi vous êtes rentrés dans une démarche de compromis. Et pour les mêmes raisons, je vous dis un sincère merci.

Cette fédération du MODEM 47 nous l’avons réunifiée ensemble, nous allons la faire marcher ensemble. Nous le ferons de manière démocratique, respectant nos règles statutaires. Nous le ferons de manière transparente, nous le ferons en ayant le souci permanent de chacune et de chacun de nos adhérents.

Mais mes amis il faut maintenant réfléchir à nos objectifs communs.

Une fédération MODEM réunifiée très bien, mais pour quoi faire ?

D’abord pour participer au débat et au combat dans lequel le MODEM au niveau national est engagé.

Le MODEM est un des partenaires majeurs de la majorité présidentielle qui soutient l’action du Président Emmanuel Macron, aux côtés notamment de la République En Marche, dont je salue une nouvelle fois les Députés, et de nos amis d’AGIR et du Mouvement Radical.

Le premier de nos objectifs sera donc de participer à la fois en interne, mais surtout à l’extérieur de notre mouvement, à l’agenda du MODEM national et de la majorité présidentielle.

Et là mes amis, nous aurons du travail.

D’abord du travail de formation de chacune et chacun d’entre nous par rapport aux projets gouvernementaux, et ensuite du travail de promotion.

Je ne prendrai qu’un seul exemple, la réforme des retraites.

C’est une réforme capitale. A la fois pour la justice sociale que l’on doit aux Français, mais aussi pour les finances publiques du pays.

Depuis des décennies, nous faisons campagne pour l’adoption d’un système de retraites universel à points, respectant à la fois la justice entre les citoyens et l’autonomie de leurs choix.

Eh bien, nous y sommes. A l’automne au plus tard, le Parlement se saisira de ce projet gouvernemental.

A nous de nous l’approprier.

A nous après de le promouvoir et de le défendre.

Il faudrait être bien naïf et bien mal connaître la France pour penser que son adoption se fera facilement.

La fédération du MODEM 47 elle s’est aussi réunifiée pour être un des acteurs majeurs de la vie locale en Lot-et-Garonne.

Si nous faisons de la politique, c’est parce que nous avons l’ambition et la volonté collective de participer à la conquête du pouvoir local et à son exercice chez nous, ici en Lot-et-Garonne, et maintenant, aux élections municipales de 2020, aux élections cantonales de 2021, aux élections régionales de 2021 et bien évidemment aux élections parlementaires de 2021 et de 2022.

Oui nous sommes ambitieux pour le Lot-et-Garonne, pour ses villes, et permettez-moi d’avoir une pensée particulière pour sa capitale Agen, et pour chacun de ses villages.

Et nous pensons que la série des élections locales qui s’annoncent est pour le Lot-et-Garonne l’occasion d’un nouvel élan.

Nous y travaillerons sérieusement. Et sérieusement cela veut dire d’abord avec les forces vives de ce Département, les programmes dont notre Département a besoin, dont nos villes ont besoin.

Sur la base de ces programmes, nous construirons les alliances les plus larges possibles,  les moins sectaires possibles. Nous le ferons d’abord avec nos alliés de la majorité présidentielle, la REM, AGIR, le Mouvement Radical, l’UDI, mais nous n’hésiterons pas à élargir cette majorité présidentielle à des partenaires locaux, à chaque fois que nous partagerons la même ambition d’amélioration de la vie quotidienne des Lot-et-Garonnais.

Voilà mes amis pourquoi la réunification de notre fédération est importante.

Le MODEM 47  a vocation à devenir un des outils qui vont permettre cet élan, ce printemps lot-et-garonnais.

Mes amis, je veux terminer mon propos par les élections européennes du dimanche 26 mai.

Une des convictions personnelles qui fait que je suis devenu un militant politique il y a maintenant de longues années, et que je suis encore engagé dans le combat politique malgré toute sa dureté, est ma conviction que notre grand projet politique, pour nous Français, et à l’échelle de plusieurs générations est la construction européenne.

Je suis fièrement, constamment, fidèlement pro-européen.

Et j’ai dit, avec une pointe d’autodérision sur mon parcours personnel, que si j’étais un ouvrier de la onzième heure du président Emmanuel Macron, c’est d’abord parce que celui-ci avait le courage rare chez les femmes et les hommes politiques de notre pays de porter ensemble, dans chacune de ses deux mains, le drapeau français et le drapeau européen.

Mes amis, je vous demande quinze jours de mobilisation pour convaincre chacun de vos proches de voter pour la liste Renaissance que nous portons avec nos amis des LREM, d’AGIR et du Mouvement Radical.

Nous devons nous secouer.

Les derniers sondages montrent notre liste légèrement derrière celle du Rassemblement National et je ne veux pas me réveiller le lundi 27 mai avec le Front National caracolant en tête avec plus de 30 % dans notre Département. 

Je vous demande de vous mobiliser d’abord pour faire voter vos proches.

Nous devons faire l’effort civique d’aller voter le 26 mai, pour une Europe de plus en plus décisive dans nos vies quotidiennes.

Et si, pour cette campagne européenne, nous partions de la vérité justement. De ce rôle de co-législateur qu’exerce le député européen et si nous nous posions sérieusement la question de nos attentes démocratiques vis-à-vis de l’Union Européenne.

Et là encore soyons honnêtes. Nous nous heurtons à un scepticisme épais, doutant de la construction européenne, mettant en avant l’émiettement politique en Europe, la montée des populismes et la gouvernance Européenne exigeant pour toute réforme une quasi-unanimité.

Et pourtant, partons effectivement de cette réalité et voyons ce qui peut se faire rapidement et fortement.

D’abord, répondre humainement, mais fermement à la crise migratoire. Les frontières de Schengen doivent manifestement être unifiées et renforcées. Des moyens humains, mais aussi matériels, de renseignements considérables doivent être consacrés à la régulation des flux migratoires. Les procédures de demande d’asile doivent être humanisées, accélérées et progressivement unifiées.

Il est temps, comme l’annonce clairement le programme de la liste LREM-MODEM, de construire une politique européenne de l’asile qui permette d’assurer la sauvegarde de l’espace Schengen.

Ensuite progresser en matière de gouvernance financière et d’harmonisation fiscale. Un certain nombre de pays de l’Union Européenne (19) se sont, en 1999, dotés d’une monnaie commune : l’Euro.  Il faut une gouvernance budgétaire à cette zone Euro et il faut surtout arrêter les effets désastreux de politiques fiscales trop divergentes.

A ce titre la proposition qui est faite par Nathalie LOISEAU de mettre en place une taxation européenne pour les géants du numérique va dans ce sens mais il faut aller plus loin pour aboutir à terme à une harmonisation fiscale européenne.

Oui, il nous faut obtenir de cette élection, des engagements, un calendrier pour atteindre ces objectifs qui sont à notre portée. Nous avons su le faire pour la monnaie. Nous avions la même gouvernance unanimiste, la même complexité technique et symbolique et pourtant les Européens l’ont fait.

Enfin l’Ecologie. Qui n’a pas vu, en début d’année, la vague pro-environnementale déferler dans nos capitales et dans nos rues portées par nos jeunes ? Je suis maintenant persuadé que l’opinion publique européenne est maintenant prête à accepter un ensemble de directives européennes ambitieuses par rapport au défi prioritaire qu’est la régulation du changement climatique.

Je trouve d’ailleurs la proposition portée par Nathalie LOISEAU de programmer un investissement de 1 000 milliards d’euros dans la transition écologique et la création d’une banque pour le climat à la hauteur de  la place que doit prendre l’enjeu environnemental en Europe.

Nous devons aller plus loin et refuser de signer des accords de libre-échanges avec des pays en-dehors de l’Accord de Paris qui ne respecteraient pas nos exigences environnementales.

Le voilà, notre programme législatif européen : contrôler efficacement et humainement les flux migratoires, doter la zone euro d’une véritable gouvernance notamment budgétaire, ouvrir le chantier de l’harmonisation fiscale en commençant par les impôts « entreprise » et réguler le changement climatique à la hauteur des objectifs fixés par la conférence de Paris.

Je vous demande après de convaincre vos proches.

Pas une voix pour les extrémistes d’extrême gauche ou d’extrême droite  qui sont des adversaires permanents de nos ambitions européennes.

Pas une voix non plus ne doit aller à ceux qui sont ambigus sur l’Europe.

Pour ma part, mon choix est fait, je voterai LREM-MODEM, je voterai pro-européen parce que je suis convaincu que l’Europe n’est pas le problème, l’Europe c’est notre solution et notre meilleur atout pour faire face au grand défi de demain.

Voilà mes amis, il faut que nous retrouvions ensemble la passion de faire de la politique localement et nationalement.

Je suis un passionné de la politique et je ferai tout ce que je pourrai pour vous passer la flamme et le virus.

Mais pour l’essentiel, nous commençons aujourd’hui une belle démarche collective.

Nous allons travailler ensemble, nous allons nous bagarrer ensemble pour nos convictions, nos idées, nos candidats, et il y aura du travail, de la sueur mais aussi  j’en suis sûr beaucoup d’amitié et du bonheur.

C’est à cette aventure que je vous convie.

Vive le MODEM 47.

 Je vous remercie.

 

Réagir à cet article

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <blockquote> <ul> <ol> <li> <p> <br>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.