Le site officiel
Blogging

› Voir tous les billets du blog

Les réflexions d'un élu engagé au service de sa ville et de son territoire

Où faut-il installer nos usines ?

Publication : 30/09/2019  |  12:08  |  Auteur : Jean Dionis

L’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen nous laisse tous mal à l’aise. Il faut être clair. C’est un accident industriel majeur, même si fort heureusement aucune victime n’est à déplorer.

Mais enfin, l’usine qui brûle encore ce soir produisait des additifs pour lubrifiants, produit cancérigène à moyen-terme. L’incendie qui a provoqué cette catastrophe a laissé un nuage noir de plus de 22 km, laissant tomber sur son passage une suie noire qui a tout recouvert : écoles, champs, etc….

Dans un contexte aussi alarmant, et je ne le critique pas, le gouvernement navigue à vue entre sa volonté de transparence totale et sa détermination de convaincre de l’absence de menaces.

Cet accident remet, au cœur des décisions publiques municipales, la question de l’emplacement des unités industrielles d’un territoire donné.

Regardez bien d’où part l’épais nuage de fumée noire de l’incendie de Lubrizol…Il part quasiment du centre-ville de Rouen !

Que faut-il faire en France de nos 1 300 usines les plus dangereuses situées bien souvent à proximité immédiate d’une ville autrefois distante mais dont la croissance urbaine a rattrapé cette usine autrefois isolée ? Nous ne pouvons pas ne pas rouvrir ce débat.

Et ceci d’autant plus que sur l’implantation des usines, deux fausses bonnes idées font des ravages….

La plus dangereuse de ces fausses bonnes idées affirme que c’est l’heure du grand retour des usines en ville d’abord pour bloquer l’étalement urbain et ensuite pour ré-habiter d’anciennes friches abandonnées au centre-ville. Qui d’entre nous n’a pas entendu ces « âneries » dans nos réunions d‘élus ? Alors oui, il faut distinguer toutes les usines de transformation des startups numériques, qui, elles peuvent être envisagées avec bonheur en centre-ville …pour toutes les usines de transformation, il faut réaffirmer avec force qu’elles n’ont plus leur place en cœur de ville.

Espérons que le drame de nos amis Rouennais aura ouvert les yeux de nos rêveurs…

La deuxième idée toute aussi dangereuse quant à l’implantation des usines est de vouloir les implanter à la campagne. C’est d’abord une idée folle parce que la campagne, c’est loin ! et que d’un point de vue économique, cet éloignement subi par les clients et fournisseurs est un contresens. Folle aussi à cause de l’isolement de ces unités qui aura rendu impossible une démarche HQE, Haute Qualité Environnementale avec cette usine, parce qu’isolée.

Alors quelle doit être à mon avis la bonne réponse pour l’installation de nos usines ?

Il nous faut d’abord respecter le « cahier des charges « des décideurs, les entrepreneurs. Pour la très grande majorité d’entre eux, ils veulent être à proximité des grandes infrastructures de transport (autoroutes, gare LGV, etc.…) pour d’évidentes raisons de logistique et de coût de revient. Pardon, mais cela se comprend et se respecte. Ils veulent aussi mettre leurs investissements en dehors des grands risques naturels (inondation, etc.…).

Il faut donc d'abord satisfaire les deux prérequis du monde de l’entreprise : proximité des infrastructures de transport, et à l’abri des grands risques naturels. Et naturellement, cela se fera dans des zones dédiées en grande périphérie urbaine.

Il restera à adopter pour ces « zones économiques » une véritable démarche Haute Qualité Environnementale (traitement des eaux usées, de l’air, approvisionnement en énergie, paysagement, etc…).

C’est au terme de cette démarche longue, coûteuse que l’on pourra effectivement réduire les risques industriels.

Dans ce domaine plus que dans d’autre, « qui veut faire l’ange, fait la bête ».

 

Les réactions

D accord avec vous mais loin des habitations

 

Attention à ne pas associer systématiquement danger et risque !

Ceci dit faut attendre les futures études d'impact de ce sinistre afin de savoir réellement le risque encouru par les personnes qui ont fortement inhalé l'air du nuage ainsi que se protéger sur le plan alimentaire en ne récoltant pas les surfaces impactées par les retombées de cendres et autres suies .

 

LES USINES AVANT ELLES ETAIENT BIEN A LA CAMPAGNE.....

MAIS LES PROMOTEURS ONT UES LES TERRAINS BON MARCHE AU VU DES CONSTRUCTIONS TRES PRES DE CES USINES..PERSONNES EN PARLENT...

  1. Il faut surtout garder un périmètre "inconstructile" autour de ces usines "à risques".
  2. Qui signe les permis de construire, monsieur le Maire ?...

Erratum : Dans mon précédent commentaire du vendredi soir 04/10 un copié/collé à partir de world a fait que le premier chapitre a été escamoté, merci de remplacer la première version par celle-ci. Michel SANTIN

Bonjour,

Que des usines potentiellement dangereuses soient encore enfermées dans des villes ce n'est pas normal du tout et c'est avec raison qu'il faudrait les déménager dans des endroits qui ne seront pas faciles à définir.  A noter que tous les édifices de nos grandes villes sont concernés et que l'urbanisation effrénée traitée à coûts réduits dans l'urgence peut aussi nous réserver de mauvaises surprises. J'en profite, au sujet des risques, pour rédiger une opinion assez partagée dans les milieux habituellement silencieux.

Tout d'abord il n'y a pas de vie possible sans prise de risques, des rêveurs qui ne sont pas en première ligne bien à l'abri derrière une situation confortable voire inutile ont inventé le "plus jamais ça" "le risque zéro" "le principe de précaution" enfin bref la sécurité totale.

Ensuite, avec le déclin des religions l'enseignement moral, le respect, les vertus du travail, etc n'ont pas été remplacés, par contre le principe de la culpabilité permanente et abusive a été repris et amplifié par de nouvelles catégories sociales, souvent citadines déconnectées des réalités. Pire, depuis le résultat des élections européennes ils prolifèrent et envahissent les médias, les écoles, les chambres des députés, les instances européennes et même mondiales créant ainsi un vent de panique parmi les plus crédules et des contestations grandissantes du côté des forces vives de la nation à tel point que l'amoncellement des règlementations et des interdits entrainent des rancunes de plus en plus violentes. Cela n'a que trop duré, la coupe est pleine, alors que faire ?

-Que les rêveurs et les agitateurs qui ne savent pas se taisent et apprennent.

-Que ceux qui savent et qui sont les vraies forces vives de notre pays prennent les devants, s'expriment et soient enfin encouragés.

Qu’on se le dise. Merci

Michel SANTIN

Cher Jean

La démarche HQE ne prévient pas du tout des accidents industriels. Les sites accueillant l'implantation d'entreprises classées SEVESO à proximité de zones d'habitations et de grandes voies de communication est une pratique qui date du début du siècle passé voire fin du XIXe et est irresponsable et criminel. (cf. article du monde ci-joint)
Heureusement la loi impose des distances d'isolement/d'éloignement entre de telles installations et le voisinage pour les préserver de risques accidentels ou de nuisances. Et je pense qu'après le drame de Lubrizol, la loi sera renforcée comme après AZF.

Et puis, la campagne, ce n'est pas si loin, d'autant que ce type de grande entreprise est tenue d'élaborer des plans de déplacement au profit de leurs employés qui sont aussi à prendre en considération, autant que les clients et fournisseurs, car eux, c'est au quotidien qu'ils se déplacent. Et la localisation serait d'autant plus pertinente s'il s'agit de mobiliser des terrains qu'on n'enlève pas au monde agricole. Cela permet de préserver, aussi, de l'activité économique et des emplois... 
Bonne soirée.
Article du monde : https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/10/04/2-5-millions-de-francais-vivent-a-moins-d-un-kilometre-d-une-usine-seveso_6014269_3244.html

 

Globalement d'accord avec l'analyse  en insistant sur le fait que en dehors de règles évidentes de sécurité s'appliquant à tous, l'accompagnement de chaque projet d'implantation d'une entreprise par les municipalités doit prendre en compte les intérêts de toutes les parties.

La réflexion doit aussi s'engager sur le développement des villes lorsqu'elles finissent par risquer d'englober des zones d'activité existantes à risques (limitation dans les permis attribués, subventions pour déplacer des usines potentiellement dangereuses ...etc)

Réagir à cet article

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <blockquote> <ul> <ol> <li> <p> <br>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.