Le site officiel
Blogging

› Voir tous les billets du blog

Les réflexions d'un élu engagé au service de sa ville et de son territoire

Triple merci et une ardente obligation

Publication : 25/04/2022  |  18:34  |  Auteur : Webmaster

Ça y est !

 

C’est fait, et bien fait ! Emmanuel Macron vient d’être réélu Président de la République, plus largement que prévu (58,5% contre 41.5% pour Marine Le Pen). Ce soir, comme des milliers de militants et élus locaux, qui depuis plus de deux mois mènent une campagne active pour atteindre cet objectif, je pose mon sac, heureux, soulagé et fatigué.

 

Je tiens à écrire dans l’instant de l’annonce de la victoire du Président, mes émotions, car j’ai peur d’une réécriture trop mécanique et trop triomphaliste de cette campagne présidentielle 2022. Je suis maintenant un militant confirmé et je savais d’expérience, notamment de la campagne 2017, que  l’élection présidentielle, en France, donne toujours désormais lieu à une campagne imprévisible et dangereuse . Imprévisible et dangereuse, la campagne de 2022 l’a certainement été.

 

 Imprévisible d’abord , avec l’émergence du « phénomène Zemmour », l’effondrement brutal des candidatures d’Anne Hidalgo et de Valérie Pécresse issues des partis traditionnels.

 

Imprévisible aussi, l’incapacité de la campagne écologiste à décoller.

 

 Imprévisible enfin , l’aspiration au vote utile à gauche en faveur de Jean-Luc Mélenchon, précédant les tous derniers jours du 1er tour.

 

Dangereuse enfin, que cette montée pendant plus de 6 semaines, sans discontinuité, des intentions de vote en faveur de Marine Le Pen, jusqu’à arriver dans une zone où l’accident politique majeur qu’aurait été le basculement de la République française à l’extrême droite, était possible.

 

Oui, j’ai été stressé (demandez à ma femme qui me trouvait d’une humeur exécrable.). Oui, j’ai eu peur de cet accident... à tort ? Plus facile à dire ce soir que début avril. Finalement, cet accident n’est pas arrivé, la France dans la profondeur de son corps social et de sa diversité, s’est ressaisie et ce soir du fond du cœur, j’ai un triple merci à adresser.

 

Merci d’abord à vous, Monsieur le Président. Cette victoire est d’abord la vôtre. Intrinsèquement personnelle. Je veux dire merci au champion de la cause républicaine, de l’espoir pro-européen que vous avez été avec talent et courage. Je vous ai suivi pendant cette campagne, notamment à Pau et à Paris à la Défense Arena. J’ai été enthousiasmé à Paris par votre capacité de combattant sonnant la mobilisation générale de son camp pour démasquer l’extrême droite. Ce jour-là, j’ai été fier de vous avoir comme chef.

 

Je veux aussi dire merci à toutes celles et à tous ceux qui comme moi, militants, élus locaux, responsables associatifs, ont fait campagne pour Emmanuel Macron. Certes, notre campagne était bien loin d’être un modèle du point de vue logistique : la majorité présidentielle sur le terrain est loin, très loin de la Grande Armée à Austerlitz. Trop de chapelles, trop de chefs, mais il y avait chez nous de la fierté cette fois de faire campagne sur nos valeurs : la laïcité à la Française, l’Humanisme, l’Universalisme, la Vérité et la certitude qu’une construction européenne est plus que jamais essentielle. Oui, ce soir, j’ai envie de dire merci à toute cette armée de militants dont j’étais heureux de faire partie.

 

Il me reste un dernier merci à dire clairement et fortement. Ce merci, je l’adresse à toutes celles et à tous ceux qui ont voté Emmanuel Macron uniquement pour faire barrage à Marine Le Pen. Chacune et chacun d’entre vous, les militants républicains, socialistes, les écologistes, et les Insoumis, qui ont souvent mis, contre leur conviction, un bulletin Emmanuel Macron, ont droit à notre message de gratitude. Nous aurions tort d’être ambigus sur ce sujet. Le très beau titre de Libération : « Macron réélu : merci qui ? » nous rappelle fortement à la réalité des 58% d’Emmanuel Macron au 2nd tour.

 

Le Président l’a dit,  ce vote, notamment, celui de celles et ceux qui ne l’ont fait que pour faire barrage à Marine Le Pen, nous oblige . Oui, ce soir, je ressens cette ardente obligation à tenir parole quant à ce gage. Le Président a l’ardente obligation de rassembler au-delà de sa majorité, d’entendre et d’écouter d’abord les aspirations de justice sociale, de refondation démocratique, et d’urgence écologique.

 

Je suis optimiste. Sur le fond, je crois que ces 3 thèmes peuvent être consensuels, et qu'en tout cas Emmanuel Macron a la conviction et la force pour porter ces priorités et pour élargir ses soutiens politiques à toutes celles et à tous ceux qui voudront travailler sur ces chantiers.

 

Cet élargissement est aussi à mon avis le seul chemin de reconquête du cœur de toutes celles et tous ceux qui se sont abstenus de voter ou ont mis un bulletin blanc, et qui ne croient plus ni à l’intégrité, ni à l’efficacité de l’action politique de notre pays.

 

Je sais, cependant, que rien n’est évident. Je sais que l’ivresse de la victoire est souvent un alcool fort qui empêche la lucidité et l’humilité. Je garde en mémoire l’erreur stratégique que fut la construction de l’UMP en 2002 à l’occasion du 1er barrage républicain contre Jean-Marie Le Pen.

 

J’espère de toutes mes forces que le président de la République saura résister à de tels élixirs trompeurs. Mais encore une fois, je suis optimiste. Là où Jacques Chirac était trop prudent, à cause, de trop d’habileté, je sens Emmanuel Macron prêt à avoir l’audace des grandes initiatives politiques : élargissement de sa majorité, élargissement de son gouvernement, etc.

 

Bizarre cette fin de soirée électorale, faite à la fois d’apaisement et de blues nostalgique de fin de bataille. Du reste, demain, il fera jour et un nouveau quinquennat s’offre à nous comme l’opportunité d’aller plus loin et de mieux faire.

 

 

Bonne chance, Monsieur le Président.

 

 

 Jean Dionis 

Maire d’Agen

 

Réagir à cet article

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <blockquote> <ul> <ol> <li> <p> <br>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.